Période de 1875 à 1900 - Guerres coloniales - Histoire de Mosset

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Période de 1875 à 1900 - Guerres coloniales

XIXe siècle > 1871 à 1900

Les guerres coloniales

Les conscrits de 1871 à 1905


Loi sur le recrutement du 27 juillet 1872 .
En 1872, le remplacement est supprimé, le service reste fixé à 5 ans pour tous les conscrits qui tirent un mauvais numéro et à 1 an pour les autres. Il est obligatoire et universel sauf incapacité physique, soutien de famille ou pour les jeunes hommes exerçant certaines professions comme les enseignants, les ecclésiastiques et les élèves des grandes écoles s'engageant à travailler 10 ans dans l'administration. De plus les jeunes gens qui pouvaient s'équiper et s'entretenir à leurs frais n'effectuaient qu'un service d'un an.
Les obligations militaires se poursuivent durent 15 ans au-delà des 5 ans dans l'armée d'active. L'effectif de l'Armée est fixé à 470 000 hommes.

15 juillet 1889 : La loi porte les obligations de service à 25 ans, dont 3 seulement dans l'active. Ceux qui étaient, précédemment, susceptibles d'être dispensés, font désormais un service d'un an. Ce temps est réduit à 10 mois pour les bacheliers. Les bons numéros ne restent plus chez eux mais font un an de service. Ils correcpondent au tiers du contingent..

En 1902, nouvelle loi, le service n'est plus que de 2 ans et les sursis pour études sont institués.

21 mars 1905 : Service  obligatoire. - suppression du tirage au sort.
Toutes les dispenses sont supprimées et les inaptes sont affectés aux services auxiliaires. Les soutiens de famille peuvent obtenir une compensation financière le temps de l'incorporation. Les sursis sont maintenus pour les soutiens de famille, les étudiants, les agriculteurs et les apprentis.

Les guerres coloniales

Déjà importante sous le Second Empire, l'activité coloniale reçut sous la Troisième République une. impulsion décisive grâce à Jules Ferry.
Dans l'Afrique du Nord, après la pacification de l'Algérie, la Tunisie fut placée sous le protectorat français par le traité du Bardo (1881), le Maroc par la convention de Fez (1912).
Dans l’Afrique Tropicale, Faidherbe avait occupé la vallée du Sénégal (1854-1865). La domination française s’étendit ensuite sur la plus grande partie du Soudan Occidental et du Sahara (1880-1901), sur la rive droite du Congo, où Brazza fonda  le Congo Français (1880-1885), enfin sur les territoires du Tchad (1901).

Dans l'Océan indien, à ses possessions dé la côte des Somalies (Djibouti), la France ajouta la grande île de Madagascar (1895)

L'établissement de la domination française en Indochine a été marquée par I’ occupation de la Cochinchine et du Cambodge (1858-1863), puis, à là suite d.'une guerre avec la Chine (1883-1885) par la reconnaissance, définitive du protectorat français sur I’ Annam (1885)

La présence, française dam les territoires d'Outre-mer est fondée sur la collaboration avec, l’indigène, désormais citoyen de l'Union française.(Mallet, Lsaac,Béjean 1940)

Les Mossétans
Parmi les nombreux jeunes hommes de Mosset qui ont choisi la voie militaire pour en tirer un avanyage financier, peu sont connus.
Deux ont laissés leur vie Outre-Mer : François Bailbé et Amédée Escanyer.

François Bailbé, né à Eus le 14 mars 1863 de Thomas cultivateur et de Thérèse Radondy de Mosset, contracte un engagement volontaire pour le 3e Régiment d'Artillerie avant ses 20 ans (le 29 janvier 1883) pour une durée de 5 ans.
Il était caporal au 2e bataillon d'infanterie légère d'Afrique, 2e Compagnie, registre matricule 5571
Dans sa quatrième année de service, il décède  du choléra à l'hôpital militaire de Lang-Son au Tonkin.

Long Son
Mong Son Pagode

Amédé Jean Hyacinthe Escanyer, né à Nyer le 17 septembre 1841, de César Alexandre Escanyer et de Josephine Teulière. Il est le petit fils de Thérèse Parès épouse Sébastizn Escanyer nés à Mosset. Militaire il écrit de Cherbourg, puis de Taï-Bé, de Soé-Trang, de Go-Cong, de Saïgon. Célibataire il est en Cochinchine contrôleur des affaires indigènes dans l'Infanterie de Marine avec le grade de Sous-lieutenant.

Le 19 août 1867 il meur à 3 heures et demie du soir "en quelques heures d'une insolation."

 
Mis à jour le 03/02/2017
Retourner au contenu | Retourner au menu