Divers - Petit lexique catalans du XVIIIe siècle - Histoire de Mosset

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Divers - Petit lexique catalans du XVIIIe siècle

Divers

Petit lexique


Alleu : propriété ( terre ou maison ) sur laquelle ne pèse aucun droit seigneurial.

Aplec : réunion, regroupement festif à l'occasion notamment des pèlerinages traditionnels aux ermitages

Atxas : cierges
Bannerette (cour) : Justice seigneuriale de proximité.  Le seigneur ne siège pas lui-même mais nomme un juge.  Les seigneurs en Roussillon possèdent parfois la haute justice qui permet de prononcer la peine de mort mais l'exercent très rarement.  La moyenne et basse justice concerne des délits mineurs ou ( le plus souvent) des affaires civiles de faible importance.

Batlle : Le batlle (en français « bailli ») est nommé par le seigneur pour veiller à ses intérêts et le représenter localement et en particulier pour rendre la justice en son nom. Avant la Révolution le batlle n'a plus que des fonctions économiques et de collecte des impôts.

Unités de mesure

Toise

1,9490 m

Pied  

32,484 cm

Pouce

2,7070 cm

Ligne

2,2558 mm

Canne

1,9879

Pan

24, 8 cm

Ayminate du Conflent

59,273 ares

Journal de Conflent

35,565 ares

Cartonates:

1/4 de Journal

Perche

10 m2

Mesure

17, 95 litres

Charge

120,325 litres

Livre

0,40897 kg
livre = 16 onces

Once

0,02556 kg


Bourgeois
 Nobles (ou Bourgeois Honorés) : Distinction délivrée par la municipalité de Perpignan à certains notables et qui leur confère tous les privilèges utiles de la noblesse.  Après de longs conflits judiciaires, Louis XVI accorda la plénitude de la noblesse aux bourgeois nobles qui votèrent avec le second ordre pour les Etats Généraux de 1789.
Brassier (Manouvrier) : manoeuvre, celui qui n'a que ses bras pour vivre.

Canorgue : boucherie exclusivement réservée à l'usage des ecclésiastiques qui peuvent y acheter une viande détaxée

Cap de casa (capmasat) : chef de maison.  La maison se transmet à un héritier unique et elle comporte des bâtiments mais aussi des terres et des droits spécifiques sur les communaux ainsi que des droits civiques ; les caps de casa siègent ès qualités dans les assemblées générales des communautés d'habitants.

Capitation : impôt royal qui touche l'ensemble de la population (à la seule exception des ecclésiastiques). Tous les contribuables sont classés dans une grille de vingt deux catégories fiscales hiérarchisées.

Carrerade : chemin rural, chemin d'exploitation.

Censive (ou cens) : redevance, souvent symbolique au XVIIIe  siècle, payée au seigneur par le propriétaire d'un bien immeuble qui ne jouit pas de l'allodialité. 

Champart (ou lasque) : redevance analogue à la censive mais stipulée en nature : une certaine proportion de la récolte est due au seigneur.  Assez rare en Roussillon. Clavaire: officier municipal qui est, comme les consuls, désigné par le sort et dont le mandat dure un an.  Il exerce la police municipale au sens large du terme (ordre public, voirie, surveillance du petit commerce et des banalités diverses, fermeture des portes fortifiées d'où son nom).

Clavaire : garde champêtre, employé municipal. 

Compascuité : 
droit de pacage commun à plusieurs éleveurs ou à plusieurs villages sur un même espace pastoral.

Congrue : le «gros décimateur» qui recueille la dîme ( évêque, abbé ou seigneur laïque) reverse au curé de la paroisse un traitement appelé «portion congrue». Désigne aussi le revenu du vicaire qui se limite aux dons des fidèles versés dans le cadre des cérémonies religieuses.
Le terme qui impliquait originellement une notion de suffisance a évolué significativement vers le sens de médiocre, minimal.

Consul : agent exécutif d'une municipalité ; il y a généralement trois consuls qui exercent collectivement les fonctions de maire.

Conreu: portion cultivée d'un terroir villageois, ensemble des champs et des prairies de fauche.

Corretage: taxe municipale levée sur le marché ou au pesage sur les marchandises vendues par les villageois à des « étrangers».  Une sorte de droit de douane à l'exportation au niveau du village.

Criées (crides) : règlement villageois rédigé par le juge seigneurial sous l'autorité du seigneur qui peut porter sur tous les aspects de la vie quotidienne et des pratiques agricoles.  Ce règlement est proclamé à haute et intelligible voix (d'où son nom)
.
Curé primitif : la paroisse ayant été fondée par une abbaye ou un seigneur laïc, les descendants de ces curés primitifs restent patrons de la cure et gardent le droit de présenter le candidat que l'évêque est obligé d'accepter.

Devèze : espace pastoral dont l'utilisation collective est réglementée.  Les devèzes sont généralement proches du village et réservées aux bêtes de travail.

Dépens : frais d'un procès mis à la charge de la partie perdante.

Directepropriété «éminente» du seigneur, c'est-à-dire bien immeuble sur lequel est due la censive
.
Domer : dans certaines paroisses du Roussillon, il y a deux curés pour une même paroisse, le curé domer et le curé sacristain qui exercent leurs fonctions une semaine chacun.  C'est une institution archaïque qui est contraire aux canons de l'église tridentine.

Doublon : monnaie d'or espagnole.

Engagiste (seigneur.. ) : locataire d'une seigneurie royale. Estive : pacage d'altitude.

Fabrique : Le mot "Fabrique" a d'abord signifié le travail de construction d'un édifice religieux. Par la suite l'on dénommait ainsi le corps des administrateurs chargés de gérer "le temporel du culte".A partir du 13e siècle, l'usage s'est introduit d'associer des laïcs à cette administration.Lors de la révolution française, une loi a décrété la suppression des fabriques d'église et la nationalisation des biens ecclésiastiques. Napoléon restaura la liberté de l'exercice du culte et l'institution des fabriques d'église (Concordat de 1801 et Décret de 1809).Ce régime est toujours en vigueur actuellement ; il soumet à un certain contrôle du pouvoir civil la gestion des biens affectés au service du culte.Sa mission est de veiller à assurer correctement l'administration des biens et des édifices affectés au service du culte.
En France, le régime concordataire de 1801 a été abrogé en 1905 (loi de séparation de l'église et de l'état du 9/1/1905). Les édifices publics du culte antérieurs à 1905 sont devenus biens communaux et laissés à la disposition des fidèles et des ministres du culte pour la pratique de leur religion" (loi du 2/1/1907). Le conseil de fabrique, comité local qui administrait les biens paroissiaux avant 1905, a été remplacé par les conseils paroissiaux présidés par le curé. : un laïc, membre du conseil de fabrique, chargé de l'administration des biens de la paroisse 
 
 
Fabricien (ou marguillier) : laïc qui s'occupe de la gestion matérielle d'une église dans le cadre d'une association qu'on appelle la fabrique.

Feixa : champ allongé et étroit, soutenu sur la pente d'une colline par un muret de pierres sèches.

Feudiste: 
juriste spécialisé dans les problèmes de droits féodaux et de mises à jour des reconnaissances féodales (les «capbreus»).
Fleca : boulangerie banale (jouissant d'un monopole au niveau du village).

Forn :four banal.

Gabelle : impôt royal sur le sel mais désigne aussi dans les villages du Roussillon une boutique banale où se débitent surtout les poissons salés (morues, sardines), l'huile d'olive et parfois l'alcool et les épices.

Gabelou : employé des Fermes Générales qui prélève la gabelle et les droits de douane.  Personnage particulièrement détesté dans un pays de fraudeurs et de contrebandiers.

Gazaille : contrat à cheptel par lequel un bailleur confie un troupeau à un preneur qui se charge de son entretien. : Les pertes et les profits sont généralement partagés par moitié.

Gruyer (officier.. ) Sorte d'ingénieur subalterne s'occupant de la gestion des forêts.

Herm : terre en friche.

Hostal : auberge (généralement banale).

Insaculation : procédure qui consiste à mettre dans un sac les noms des habitants de la commune susceptibles d'être désignés par tirage au sort pour exercer des fonctions municipales (consuls, clavaires).

Intendant : représentant de l'autorité royale au niveau d'une circonscription, souvent très vaste appelée généralité.

Journal : mesure agraire de surface valant 0,35 hectare en Conflent.

Limpieza de sangre : mot à mot «pureté du sang».  Dans les royaumes d'Espagne, qualité de ceux qui n'ont, dans leur ascendance, ni maure, ni juif, ni hérétique.  Son absence a entraîné des interdictions professionnelles jusqu'au cœur du XIX'- siècle.  Lods : droits dus au seigneur lors de la vente d'un immeuble qui relève de sa directe : sorte de droit d'enregistrement.

Mahé, boucherie. Quelques capbreus imposent au boucher banal de délivrer gratuitement au seigneur la langue des bêtes abattues.

Mà Major : Les notables d'une ville ou d'un village forment la «mà majon>.  Le premier consul doit être pris dans ses rangs.

Marguiller : voir fabricien.

Meule 
(d'eau) : Quantité d'eau dérivée d'une rivière ou d'un canal, en principe suffisante pour faire tourner un moulin.  Cette unité de mesure est en fait fort imprécise et a évolué au cours des siècles.

Minyons : jeunes gens (souvent enrôlés dans les troupes de miquelets ou de contrebandiers).

Mossèn : prêtre, équivalent à abbé, suivi d'un nom propre.

Neu (pou del neu) : neige entassée dans un réservoir souterrain pour être débitée sous tonne de glace durant l'été pour rafraîchir les boissons.  On trouve de tels réservoirs dans presque tous les villages au XVIIIe siècle.

Official : magistrat ecclésiastique chargé de juger les causes impliquant des hommes d'église.

Ordinaciô : criée.  Appellation antérieure au XVIII'-E siècle.

Pagès: paysan aisé, équivalent à «ménager» languedocien ou à « laboureur» de la France du nord.

Pansanyader : sotie de marguillier chargé de la gestion et de la distribution du pain bénit.  A Prades, fonction réservée à un jeune homme qui était aussi chef de la jeunesse et chef de danse.

Pasquiers : pâturages d'altitude (notamment pasquiers royaux de Cerdagne et Capcir).

Picotin .0,80 litre de grain.

Pignorer : saisie de bêtes surprises en train de pacager sans droit.  On ne les rend à leur propriétaire que contre le paiement d'une amende.

Real : monnaie d'argent espagnole.

Rech : canal d'irrigation ou canal d'amenée d'un moulin.

Régalie : prérogative ou propriété relevant de la souveraineté royale.

Regatiu : ensemble des terres cultivées à l'arrosage, huerta.

Régent : instituteur.  Le régent de grammaire est surtout un professeur de latin.

Reguieremployé ou officier (royal, seigneurial ou municipal) chargé de la police d'un réseau d'irrigation.

Resclosa : prise d'eau sur une rivière, petit barrage destiné à alimenter un canal d'irrigation.

Rodalia : petit rouleau de bois ou de cire sur lequel est inscrit le nom d'un habitant de la communauté susceptible d'être nommé consul ou clavaire (voir insaculation).

Sacada : taxe locale de la ville de Perpignan pesant sur les farines panifiables.  Sagi : lard rance dont le goût relève certains plats de tradition. Sangraire : tueur de cochons.

Semal : comporte pour la vendange.

Tartane : barque de pêche ou de transport munie d'une voile latine.  Terrier (ou capbreu) : Terrier : Registre officiel énumérant tous les droits seigneuriaux pesant sur les biens immeubles de la seigneurie.

Traginer : transporteur (surtout muletier).

Triage : procédure complexe par laquelle, sous le contrôle de la justice royale, le seigneur peut s'adjuger sous certaines conditions mais en toute propriété le tiers des biens communaux.  Nous n'avons pas trouvé de procédure de ce type dans le Roussillon du XVIIIe siècle.

Ull : (ou ullal) : prise d'eau sur un canal d'irrigation.  Il s'agit souvent d'un trou aux dimensions plus ou moins standardisées, percé dans une dalle de grès et commandé par une vanne.

Universitat : communauté d'habitants, commune.

Usatges : code de lois et coutumes rédigé à Barcelone, puis à Perpignan, probablement au XIIe siècle.

Vaquant, ; friches servant au pacage.

Viguier officier royal jouant dans sa circonscription le rôle d'un subdélégué de I'intendant.  Mais les intendants, à la nomination du roi, ne faisaient souvent qu'un court séjour en Roussillon (sauf quand leur fonction était confondue avec celle de premier président du Conseil Souverain) alors que les viguiers, pratiquement inamovibles et héréditaires, jouissaient d'une grande pérennité et, de ce fait, d'une certaine liberté d'action.

Vingtième
 : impôt royal sur le revenu pesant sur l'ensemble des sujets du roi à l'exception des seuls
ecclésiastiques

(Les pouvoirs au village de Michel brunet - Glossaire page 212 - 1998).
 
 
Mis à jour le 04/06/2017
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu